Vues : 45

Gustave Courbet online Project Switzerland

Courbet au Jenisch
La forêt en hiver

“Je préfère peindre des yeux humains plutôt que des cathédrales, l’âme d’un être humain, même les yeux d’un pitoyable gueux ou d’une fille du trottoir sont plus intéressants à mes yeux.”

Gustave Courbet

 

 

 

Gustave Courbet de 1873 à 1877 

Cinq années durant lesquelles le talentueux peintre d’Ornans est bien vivant malgré le douloureux exil. 

Il exerce son art en Suisse avec toujours autant de passion.

 

Peintures, dessins, documents d’archives, articles de presse, lettres, photographies, histoire, …

Une occasion de découvrir un homme toujours actif et bien vivant, un Gustave Courbet heureux de vivre en Suisse !
 
 

 

Peintre né à Ornans en 1819 de parents agriculteurs, Gustave Courbet fit des études d’art dans sa ville natale puis à Besançon, mais n’était pas considéré comme très doué. 

 

Il part à Paris à 20 ans afin de faire son droit : c’est là qu’il découvre réellement le monde de la peinture, grâce à des visites aux grands musées parisiens. 

 

Les premières oeuvres de Courbet datent de 1841, et étaient essentiellement des autoportraits, exposés à Paris. Mais les premiers vrais chefs d’oeuvre du peintre ont été réalisés à Ornans, où il revient en 1849. 

 

Là-bas son style réaliste se développe, inspiré par la vie rurale de la campagne franc-comtoise. L’Enterrement à Ornans sera son premier scandale, suivit par les Baigneuses en 1853. Cette représentation d’une femme nue, pas idéalisée, choqua énormément. D’autres tableaux célèbrant la femme suivirent, le plus célèbre étant L’origine du monde en 1866. 

 

La carrière de Courbet ne fut cependant pas qu’artistique. Il s’investit également beaucoup dans la politique pendant la Commune. Condamné à six mois de prison et à une forte amende pour avoir voulu enlever la colonne Vendôme à Paris, Courbet est ruiné, ses toiles confisquées, et il s’exile en Suisse en 1873, où il passera les dernières années de sa vie. Courbet peint beaucoup durant cet exil, ses réalisations sont toujours de qualité mais il meurt en 1877 considéré comme un paria.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Unknown