Fleurier, la frontière…

Le moment du départ est arrivé; les tribulations s’avancent, et vont finir par l’exil. Si le Tribunal, comme tout le fait croire, me condamne à

250 000 francs, c’est une manière d’en finir avec moi.

Il s’agit, maintenant, de sortir adroitement de France; car, après la condamnation, c’est cinq ans de prison, ou trente ans d’exil, si je ne paye pas.

Lettre de Gustave Courbet  à son amie Lydie Joliclerc.

Courbet choisit l’exil.

Le 22 juillet, à 14 heures, il quitte son père et ses soeurs.

A 17h00, il retrouve ses amis et peu après il franchit la frontière suisse et arrive aux Verrières.

Le 23 juillet, il passe à Neuchâtel avec Lydie Joliclerc et Marcel Ordinaire.

Le Pont de Fleurier par Gustave Courbet

Les biographes de Courbet, comme Michel Ragon parmi d’autres,  le clouent à Fleurier. Mais le connaissent-ils vraiment ?

Comment un animal traqué comme Courbet en 1873, aurait-il pu rester à la lisière de la frontière attendant paisiblement les coups de mitrailles des chasseurs français ? On sait que l’ennemi public No1 s’est seulement fait adresser son courrier à Fleurier, mais il a brillé par son absence. Traqué par la police et les journalistes, il aurait été très imprudent de sa part de rester si proche de la France. 

On lui déniche en Valais, une tanière, un refuge, un lieu retiré, où ne passe pas directement le train. Il arrive en train à Saxon, une des capitales européennes des jeux de hasard de l’époque. Il rejoint depuis la gare de Saxon le petit hameau paisible des Moulins, sur la commune de Saillon. Il y trouve un petit hôtel pour lui tout seul, son havre de paix au milieu des sources thermales et des grottes. L’animal blessé doit reprendre des forces mentales et physiques. On lui panse les nombreuses plaies morales qu’il a dû endurer à cause de la colonne Vendôme. 

De juillet 1873 à octobre 1873, il trouvera la tranquillité à Saillon, petit village valaisan entre Martigny et Sion.

Saillon, 1ère terre d’exil de Courbet

La Tour Bayard entre les ceps de vignes.

 

On le voit en Suisse Romande, aux Verrières, à Fleurier, à Saxon, à Lausanne, à Fribourg,…et bien sûr à Saillon où il demeure seul dans l’Hôtel des Moulins.

Marcel Ordinaire lui donne sa correspondance qui lui est adressée à Fleurier.