Courbet remercie Barman en 1873

Dans la 2ème partie du mois d’octobre 1873, Gustave Courbet quitte Saillon pour s’installer définitivement à La Tour de Peilz, petite cité au bord du Lac Léman proche de Montreux et Vevey. Son établissement officiel date du 1er janvier 1874, moment où il obtient son permis de séjour.

Une lettre  d’octobre 1873 provenant de La Tour de Peilz indique qu’il s’y trouvait alors :

M… En ton absence, je suis retourné aux gorges de la « Salintz »…J’ai pris un bain dans cette eau merveilleuse qui doit posséder des vertus médicinales…nous en reparlerons à mon retour…

 

 

On peut aisément supposer que le M…indique Maurice, prénom de l’homme (Maurice Barman) qui a permis à Gustave Courbet d’être à l’abri à Saillon, dès le début de son exil forcé en 1873.

Ce document, inédit et actuellement non répertorié, a été vu pour la dernière fois à Saillon en 1935, par un instituteur, poète et historien du village de Saillon, M. Raphaël Roduit. Cette lettre appartenait à l’époque à une collection particulière et aux initiales P.S. Paris 15.

En 1935, Raphaël Roduit avait écrit  que Courbet avait peint à Saillon :

La Caverne des Géants,

La Grotte de la Loue,

Le Moulin,

etc.

 

Osons espérer que cette perle puisse réapparaître un jour !